Bonjour à tous, voici mes Observations de Faune effectuées pendant 12 jours sur le Mare a Mare et 5 jours à Porto et ses environs en Juillet 2015. Les obs ont été saisies sur Naturalist au fur et a mesure des déplacements donc j 'ai les points GPS si besoin...

Lundi 6 Juillet Crolles (Isere) - I Penti  (Corsica ) ;o) : Un faucon pèlerin sur son pylône vu en quittant la maison …Aéroport de Bastia : des hirondelles de rivage tournent autour des avions … Arrivée à Bastia, vols de martinets noirs, quelques crécerelles et les premières corneilles mantelées… pour le martinet cafre je ne suis pas sure de mon coup, donc demi-coche… Puis pendant la montée de Moriani à I Penti : venturon corse, les premier gobemouches, un dortoir à hirondelle de fenêtres, puis des chardonnerets et serins cini, pics épeiche. .. Et dès cette première nuit en Corse, le chant du petit duc sur fond de chant de crapauds … nous avons effectivement vus beaucoup de têtards dans les trous d’eau en montant.

Mardi 7 Juillet : I Penti - Alesani. Rien de spécial dans ce maquis torride, hormis à la chapelle un nourrissage de gobemouche et nous voyons très bien le jeune qui quémande, des grands corbeaux et des martinets noirs.

Au village d’Alesani, beaucoup d’hirondelles de fenêtres et de martinets noirs mais aussi quelques couples d’hirondelles de rochers. En ce qui concerne les gobemouche, le giteur nous demande de ne pas ouvrir un volet de notre chambre derrière lequel une femelle couve sur un nid : 3 œufs !!! Le soir des chardonnerets et des venturons corses … et peut être même un chardonneret albinos…

15_07_Corse MaM_7344techardo

 

Mercredi 8 Juillet : Alesani – Pianellu

Le village de Pirelli abrite une très belle colonie d’hirondelles de fenêtres, alignées sur un bord de maison à notre passage. Sur les crêtes, trois milans royaux qui  cerclent dans le soleil. Arrêt dans une petite rivière à la sortie du maquis, ou nous sommes littéralement encerclés par les Tabac d’Espagne occupés à se reproduire, ainsi que les Citrons et les Silènes. Nous verrons aussi au fond de l’eau un Euprocte de Corse, très chouette rencontre…

Jeudi 9 Juillet : Pianellu- Sermano Passage au pas de course par Alando ou deux faucons crécerelles juvéniles nous attireront par leurs cris.

Vendredi 10 Juillet : Sermano – Corte Le gite est entourée de pins dans lesquels se cachent chardonnerets, gobe mouche gris, bruant zizis et pic épeiche, ainsi que la remuante mésange bleue. Début de la randonnée dans la fraicheur du matin, après le chant du petit-duc toute la nuit. Le milan royal vu la veille au soir en arrivant plane déjà au-dessus du village. Mais soudain, un aigle royal sub-adulte décolle d’un arbre pour se percher plus loin alors que nous arrivons vers la chapelle de San Martinu et nous le verrons plusieurs fois. Il dérange une grive draine mais n’altère en rien la trajectoire d’un petit bousier qui traverse la route en roulant sa pilule. L’arrivée sur Corte est difficile du fait de la chaleur et de l’absence d’arbres. Mais nous verrons un couple de guêpiers qui ravitaillent un jeune émancipé et bruyant, pendant qu’une buse crie. Les fauvettes crient à notre passage mais la fatigue se fait sentir et le reste de la troupe décide que l’ornithologie n’est pas de mise. Arrêt au bord d’un torrent pour pique-niquer et se rafraichir : un famille de mésanges à longue-queue, quelques corneilles mantelées, une grive draine.Enfin à Corte, étape de repos : un magnifique milan royal plane sur la citadelle en guise d’accueil. Notre installation au camping est remarquée par des geais un peu curieux et gourmand et notre premier plongeon dans la Restonica se fera en présence du cincle plongeur perché sur les pierres plates. Une fois qu’il sera parti, la bergeronnette des ruisseaux prendra sa place.  Le coucher de soleil sur la ville est magnifié par un magnifique vol de martinets noir qui prennent en chasse un épervier. Le milan royal réapparait, il est chez lui, et nous le verrons en permanence. Le soir venu, deux petits ducs troubleront notre sommeil par leur chant fluté et le relais sera pris dès l’aube par un rouge gorge au chant subtil très près de la tente.

Samedi 11 Juillet : Corte Rien

Dimanche 12 Juillet : Corte – A sega Montée dans les pins Lariccio. Beaucoup de pinsons et de mésanges noires et des cris de pic épeiche. Un cri de sitelle corse mais je ne la vois pas. Le cri caractéristique du Pic noir assez loin et in fine, sur la crête en arrivant au refuge un aigle royal. Les eaux du Tavignone sont habitées par les bergeronnettes des ruisseaux et quelques cincles plongeurs juvéniles, sur la partie haute en tout cas. La nuit est baignée par le chant du petit duc mais ce sera le dernier que j’entendrai. Est-il absent dès qu’on bascule sur l’Ouest, ou est-ce juste la fin des périodes de chant.

Lundi 13 Juillet : A sega- Albertacce Arrivée sur le point haut du Mare a Mare après avoir croisé une couleuvre verte et jaune. La bergerie est riche en oiseaux : traquet motteux et oreillard, bruant zizi, linotte mélodieuse. Il y a des juvéniles un peu partout pour toutes ces espèces mais cela va un peu vite pour moi qui doit suivre le reste de la troupe avec mon gros sac. Pause au sommet, le temps de voir un aigle sur A Sega et deux grands corbeaux. La redescente pénible sur Calacuccia se fait au milieu des très bruyantes mésanges noires puis sur la fin des vols de chardonnerets. A l’aplomb du barrage les hirondelles de fenêtre chassent sans relâche et un milan royal se désaltère posé au sol. Un peu plus loin, nous verrons entre 5 et 10 huppes fasciées et quelques étourneaux (sansonnets ou unicolores ?) et quelques papillons : Flambés et Tabac d’Espagne …ainsi que les inévitables gobemouches et corneilles mantelées.

Mardi 14 Juillet : Albertacce – Vergiu Les magnifiques cascades de Radule sont légitimement fréquentées et les  oiseaux sont cachés : bergeronnette des ruisseaux et grands corbeaux… et un très beau lézard, vu d’autres fois, mais particulièrement bien ce jour-là : le lézard tyrrhénien. Moins présent que le lézard sicilien que nous voyons souvent en couple. Hadrien trouve un discoglosse (sarde ou corse)  en se rafraichissant. Arrivée sur Vergiu : venturon corse et gobe mouche gris à foison…pic épeiche, pipit des arbres, grand corbeau et encore le cri de la sitelle corse que je ne trouve pas !!!

Mercredi 15 Juillet : journée de repos non itinérante, montée au Lac Nino Montée au Lac Nino, c’est hors itinéraire mais il semble que ce soit magnifique. Une occasion aussi de voir à quoi ressemble le GR20, que l’on espère faire.  Encore un milan royal sur les crêtes et des traquets motteux.

Jeudi 16 Juillet : Vergiu – Marignane en passant par Evisa La sitelle corse !!!!! Ca y est !!!!  puis des flambés, des lézards tyrrhéniens en pagaille sur les rochers. Un milan royal à l’arrivée sur le gite.

Mardi 17 Juillet : Marignana – E case Magnifique refuge de E Case, aussi marquant que son avisé gardien. Dans les vapeurs de myrtes et de Pietrà, je verrais tout de même des Gobemouche gris, bruant zizi, geais. L’endroit est plutôt impressionnant pour ses coléoptères …beaucoup de bousiers : Scarabeus sacer le seul le vrai en train de rouler sa pillule,  Gymnopleurus flagellatus qui fait de même toute proportion gardées, un Copris lunaris  et deux femelles d’Oryctes nasicornis …et bien sur des Cétoines…

Mercredi 18 Juillet : E case – Cargese ( Ca sent l’écurie …)Au niveau des bergeries de Santa Lucia, qui semble un très bon spot : tourterelle des bois, verdiers en bandes, chardonnerets en bande, pipit des arbres, mésanges charbonnières et bleues, buses, fauvette à tête noire

Jeudi 19 Juillet : Porto, Dodo, reposTrès belle vision d’une colonie d’hirondelles de fenêtre et de martinets noirs sur les rebords de la tour gênoise. Première rencontre avec le goeland d’Audoin  mais je ne suis pas sure car il fait quasi-nuit…

Lundi 20 Juillet Très attirée par l’estuaire du Fango, en imaginant la quiétude de l’endroit. J’y observerais un petit gravelot, quelques goélands leucophées, un couple de grand corbeau, qui erre sur la plage en quête de nourriture. Plus loin dans les bras morts du fleuve, quelques dizaines de cistudes se prélassant sur des troncs d’arbres, au milieu des cris des oisillons de grèbe castagneux et de poule d’eau. En fin de journée, l’orage menace, le ciel se couvre de mammatus et nous assisterons sur ce magnifique fond nuageux au ballet des martinets à ventre blanc qui chassent et boivent, bientôt imités par les hirondelles de fenêtres. Le passage furtif d’un héron bihoreau et plus haut dans le ciel d’un balbuzard seront la touche finale. En remontant sur Porto, sur la route qui longe la mer, nous verrons un faucon crécerelle et un milan royal. La forêt d’eucalyptus situé sur l’estuaire de la Spilonca dans le golfe de Porto mérite le détour. Un passage trop rapide me permettra d’y voir quelques pics épeiches, une bande de chardonneret occupés à manger des graines (adultes et jeunes), quelques corneilles mantelées et geais, quelques tourterelles turques. Bien sûr, les gobemouche gris, si nombreux en Corse sont très facilement visibles dans le village, et une fois encore je serais surprise par un couple de Grand Corbeau. Mais le meilleur de la soirée sera ce moment ou un peu lasse, je braque tout de même les jumelles sur deux goélands, leucophées  à première vue, mais il y a un je-ne-sais-quoi dans le jizz qui me perturbe : un couple de goéland d’ Audoin !!!! ils vont et viennent au milieu des baigneurs sur la plage de galets de Porto . Il y a aussi deux leucophées.

Mardi 21 Juillet Tour en  bateau sur Scandola, Girolata et les calanques de Piana en fin de journée. La plupart des nids de Balbuzards sont déjà désertés, logique pour une fin de nidification.  Cependant, je suis très surprise par le peu d’oiseaux : pas de rassemblement ni de cormorans ni de mouettes ou de goélands. Finalement, au pied du Capo Rosso : un promontoire rocheux avec un superbe nid de balbuzard occupé par un jeune. Un adulte, probablement la femelle, surveille du haut d’un piton plus élevé et un peu plus loin le deuxième adulte pêche. Je verrais aussi pas mal de pigeons bisets, une aigrette garzette, deux cormorans huppés (adultes) … et une magnifique observation de Martin-Pêcheur depuis le bateau. Il est à l’affut perché sur le beau granit orange des calanques de Piana. A notre approche, il s’engouffre dans une faille du granit et vole au ras de la mer. J’avais entendu dire que les Martin-Pêcheur pouvaient être rencontré sur le littoral, et je viens de constater que cela est vrai. Ce sera la rencontre pour moi la plus belle observation de la journée tant elle m’a surprise.

Mercredi 22 Juillet Baignade au Ponte Vecchiu. Plusieurs geais bien sûr, deux fauvettes à tête noire chanteurs, une buse, un couple de grand corbeau. Le soir un héron cendré descend la Spilonca et part vers le large. Deux hirondelles rustiques sur un cap au Nord de la plage d’Arrone, puis gobemouche sur la plage d’Arrone et des cris de fauvette.

Jeudi 23 Juillet Passage d’un balbuzard qui rejoint la mer depuis la Spilonca, je le vois passer depuis le balcon …Dernier jour en corse et je me rends compte que je n’ai pas été assez concentrée sur les fauvettes. Souvent, j’ai entendu les cris d’alarme, parfois des chants, mais la randonnée et la vie de famille ne m’ont pas permis d’approfondir. Je décide de consacrer ces dernières heures à la recherche des fauvettes quelques qu’elles soient (hormis la tête noire, et deux chantent à tue-tête dans le village). Une première fauvette sarde me surprend alors que je descends du village de Cargese jusqu’au port depuis les 2 églises … Puis une seconde,  très bien observée, dans le cimetière !!!!! …. Ensuite, un figuier dévoilera un torcol, des gobemouches au nourrissage et des moineaux soulcie et cisalpin, un très beau spectacle baigné par l’odeur si caractéristique du figuier. La remontée sur le village me permettra d’observer les derniers nourrissages des hirondelles de fenêtre au nid, et aussi un rassemblement sur une façade dans le haut du village, ainsi qu’une bonne trentaine de tourterelles turques sur un fil et aussi quelques 3 familles de gobe-mouche occupés à nourrir les petits émancipés.

Vendredi 24 Juillet Retour en Isère. Entre Porto et Ajaccio, quelques crécerelles, buses et milans royaux observés depuis la voiture …

Conclusion : Le Mare a Mare est un splendide sentier, vide de randonneurs et qui permet de traverser de différents biotopes. L’itinérance en famille (avec des enfants de 11 et 15 ans) ne permet qu’une ornithologie que je qualifierais de « bord de route », avec notamment une grosse frustration sur la (les) fauvette (s). La Corse reste très intéressante pour un continental : pas un village qui n’ait pas sa famille de milans royaux et ses petits ducs, ainsi que bien sur des gobemouche gris, plus communs et surtout moins farouches que sur le continent …. La présence fréquente du milan royal rappelle à quel point le combat contre la bromadiolone n’est pas vain. 

J’ai apprécié mes quelques coches mais j’ai aussi aimé tout simplement les vols de martinets et hirondelles, et ce fameux martin-pêcheur très sudiste et très marin …J’avoue avoir été déçue par Scandola-Piana côté ornitho : des espèces mythiques mais peu d’oiseaux en nombre. Période un peu tardive mais tout de même…

 

J’aurais deux questions/remarques pour nos amis ornithos corse : à quand une adhésion de votre part à Naturalist/Biolovision, ce système de saisie de données et d’analyse remarquable qui permet de confronter les obs entre elles … … Et aussi, beaucoup de personnes (enfin pas tout le monde) détruisent les nids d’hirondelles en Corse …Nous savons que les populations diminuent mais la Corse a encore de belles colonies et semble être un bon réservoir. Existe-t-il des programmes de sensibilisation ?

Salutations Naturalistes

Geraldine Le Duc (Isère)